Lien social entre populations locales et demandeurs d’asile ou les espaces du vivre ensemble

Des contextes d’une migration contrainte aux politiques publiques de déconcentration de l’accueil des demandeurs d’asile : une genèse d’un espace du vivre ensemble

« Depuis le début de sa lointaine histoire, l’homme migre à la recherche d’autre chose, d’autres lieux, cherchant à dépasser ses horizons habituels, à apprivoiser en quelque sorte l’espace inconnu, le non connu de l’espace mais non l’ignoré, car l’espace de l’ailleurs vit et s’active en permanence dans son imaginaire et le pousse sans cesse à dépasser ses limites, ses frontières, ses propres frontières » (Simon, 2008, p. 3)[1]. Ce passage éclaire, à plus d’un titre, l’importance de la migration humaine, le brassage des sociétés et des cultures dans l’existence et le développement de l’humanité. Nous pourrions rajouter, ici, la résistance de l’humanité, grâce à la migration, aux défis majeurs qui diffèrent, voire même se complexifient, au fur et à mesure que nous avançons dans la dimension spatio-temporelle de l’histoire de l’homme.

Inégalités économiques entre le Nord et le Sud, guerres et conflits armés, catastrophes naturelles, persécutions en raison de son appartenance religieuse ou ethnique constituent des facteurs de migration contrainte. Car si plusieurs d’entre nous décident, de leur plein gré, de changer de lieu de vie pour des raisons liées aux études, au travail, d’autres le font pour sauver leur vie et celle des personnes qui leur sont proches.

La déstabilisation de plusieurs pays appartenant à l’« espace géographique arabe » dont les facteurs sont aussi complexes que divers, nécessitant une analyse approfondie alliant rigueur scientifique et prise de recul loin du traitement médiatique souvent à chaud, la pauvreté, le sous-développement, auxquelles s’ajoute la dimension de l’insécurité, dans certains pays d’Afrique (Erythrée, Niger, Mali,…) et d’Asie (Afghanistan,…) ont engendré des mouvements de migrations internes et internationales. Pour ce qui est des migrations internationales, ce sont les pays limitrophes de ceux touchés par ces conflits qui accueillent le nombre le plus important de migrants. C’est le cas, à titre d’exemple, du Liban, de la Turquie et de la Jordanie qui accueillent le nombre le plus important de migrants syriens ayant fui la guerre qui ravage leur pays depuis plus de cinq années. L’Europe et plus précisément la France qui n’accueillent, certes, pas la part la plus importante de ces migrants, ne sont, toutefois, pas restées en marge de ce mouvement.

L’État français a engagé, depuis 2015, une politique visant à désengorger les camps de migrants, installés principalement à Calais et à Paris qui sont des territoires de destination pour une grande partie des demandeurs d’asile en provenance de plusieurs pays. Ainsi, des places d’hébergement dans des structures d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA[2], CAO[3]…) ont été multipliées à travers l’ensemble du territoire national. Des structures qui se situent en dehors de l’influence de la métropole parisienne et parfois même en campagne. Quelles sont les tendances exprimées par les sociétés locales pour l’accueil de ces « étrangers d’un autre genre » ? (Bonerandi, 2008)[4]. E. Bonerandi, qui a mené plusieurs travaux de recherche sur la question de la migration des demandeurs d’asile en France et particulièrement dans la région Rhône-Alpes, souligne deux visions, deux tendances. Si une partie de la population locale refuse catégoriquement l’idée même d’installer une structure d’hébergement à des « étrangers qu’ils stigmatisent », d’autres vantent les avantages qu’apporte cet accueil. Tout d’abord, la garantie d’un seuil démographique qui permet de maintenir des services publics de proximité. Ensuite, il y a l’aspect économique, comme la création d’emplois ou le fait de redonner une activité à un bâtiment vacant. Ces deux tendances antinomiques posent la question du vivre ensemble qui est au cœur du thème que nous traitons, dans le blog UC@ctualité aujourd’hui. Un thème qui s’inscrit pleinement dans les problématiques que peuvent soulever les politiques publiques d’accueil des demandeurs d’asile, car il touche, à la fois, à la dimension du territoire de vie et à celle de la solidarité et de l’importance de l’implication collective de la société d’accueil dans l’ « intégration temporaire » des demandeurs d’asile.

Accueil des demandeurs d’asile à Pessat-Villeneuve : une architecture des espaces du vivre ensemble

Pour élucider ces propos, Je vais m’appuyer sur un terrain d’observation. Pessat-Villeneuve[5], une commune du Puy-de-Dôme d’un peu plus de 500 habitants, qui accueille temporairement, depuis l’automne 2015, une quarantaine de demandeurs d’asile pendant la période hivernale. Ces demandeurs d’asile sont ensuite réorientés vers des CADA situés, principalement, en Auvergne-Rhône-Alpes. Malgré la courte durée de résidence des demandeurs d’asile, leur accueil a suscité des réactions fortes et antinomiques qui confirment les tendances soulignées par Bonerandi.

D’une part, il y a les contestataires, les mécontents, ceux qui refusent catégoriquement l’accueil de demandeurs d’asile dans leur village. « On n’en veut pas ; ils ne sont pas fait comme nous ; ils vont brûler le château ; on va avoir des ordures ; ils vont violer mes enfants », voilà certains propos exprimés par des habitants du village opposés à cet accueil que le maire de Pessat-Villeneuve et vice président de la Communauté de Communes de Riom Co chargé de l’habitat, M. Dubois, a pu entendre lors d’une réunion publique qu’il a organisée au lendemain de l’accueil de ces migrants venus de Calais. « À la mairie, on est monté à deux-cent appels téléphoniques. J’ai dû bloquer le standard. Des personnes qui n’habitaient même pas le village de Pessat-Villeneuve ont proféré des insultes. Il y a des sites internet spécialisés qui agissent dans ce sens là. Je suis même condamné à mort sur un site internet », a-t-il précisé. Face à cette situation, cet élu local a été mis sous protection policière. Un tag, dehors les migrants, est même inscrit sur la clôture du château qui abrite le CAO géré par l’association Forum Réfugiés Cosi.

D’autre part, le maire qui résiste à ces provocations trouve le soutien d’une partie de la population locale qui est très engagée dans l’accueil des demandeurs d’asile. De l’apprentissage de la langue française jusqu’aux dons de nourriture et de vêtements en passant par l’organisation de sorties pour des activités sportives et culturelles, une mobilisation forte de la population locale vient contrer le vent contestataire que je me risque à nommer, ici, celui de la peur de l’autre, de l’inconnu et de cet « étranger d’un autre genre ». Pessat-Villeneuve, ce village dépourvu de commerces et de services, a vu naître pendant, seulement cinq mois, un espace du vivre ensemble. Celui où la prof de l’école maternelle a modifié, ou disons le franchement a amélioré, au cours de l’année scolaire, le programme du ministère de l’Education Nationale en y introduisant une dimension de découverte des autres pays pour expliquer à ses élèves que le monde, aujourd’hui fait de barrières règlementaires et militaro-policières pour dissuader les mouvements des nouveaux damnés de la terre (Migreurop, 2012), ne se résume pas à Pessat-Villeneuve et qu’il existe, dans cette « planète de banlieue »[6], d’autres peuples et d’autres cultures qui font la société de notre humanité.

Un lien social fort entre élu local et migrants

Mais cet espace du vivre ensemble qui est né à Pessat-Villeneuve, c’est aussi celui où les demandeurs d’asile, malgré l’accès restreint à la mobilité, disposent de l’accès à la culture et ce grâce à l’investissement de la population locale. Cinéma, théâtres et fêtes du village, tant d’espaces fréquentés par des demandeurs d’asile en compagnie des bénévoles. Un accès à la culture qui favorise le processus d’intégration temporaire des demandeurs d’asile dans les sociétés d’accueil. « Des sorties qui permettent aux demandeurs d’asile de souffler », nous confie Hicham, agent social hôtelier ayant travaillé au CAO de Pessat-Villeneuve de novembre 2015 à mars 2016. En d’autres termes, des activités qui permettent aux demandeurs d’asile de vivre, ou devrais-je dire de renaître, après avoir traversé des milliers de kilomètres de persécutions. Vivre, oui, mais ensemble avec d’autres demandeurs d’asile qu’ils rencontrent et qui partagent avec eux la souffrance de l’exil. Car, en plus du coût monétaire de la migration des demandeurs d’asile, il y a le coût psychologique, une notion qu’on retrouve dans le concept de capital humain[7] (Sjaastad, 1962). Vivre ensemble aussi avec la population locale en passant du statut de l’étrange et de l’étranger, à celui du semblable et du proche dans un espace où la proximité sociale est plus prégnante que dans les métropoles et les grandes villes où la dimension spatio-temporelle, qui influe les territoires de vie, est complètement différente de celle de Pessat-Villeneuve et des autres territoires non-métropolitains. « Moi les migrants, ils me font la bise », nous confie M. Dubois, pour illustrer le contraste du lien social qu’il y a entre ville et campagne. Un lien social bâti entre élu, population locale et demandeurs d’asile.

Une ambiance conviviale entre bénévoles et migrants à Pessat-Villeneuve

On pourrait dire que, finalement, les espaces du vivre ensemble sont ceux édifiés par le lien social tissé entre les espaces du connu et ceux de l’inconnu qui deviennent des espaces du proche et du semblable. Des espaces où la menace de l’exclusion de l’autre, car il pourrait bien s’agir d’une menace pour le développement de la société de notre humanité, reste, toutefois, présente. Des menaces qui se complexifient, aujourd’hui, avec la montée des populismes en France, en Europe et un peu partout dans le monde. Nous l’avons vu aux Etats-Unis avec l’élection de Donald Trump, nous l’avons vu en Grande Bretagne avec le Brexit et nous l’observons, aujourd’hui, en France avec les tensions et les incertitudes politiques et économiques qui accompagnent les prochaines élections présidentielles prévues pour avril et mai 2017.

Rafik ARFAOUI
Doctorant en Géographie
UMR Territoires
Université Clermont Auvergne, AgroParisTech, Inra, Irstea, VetAgro Sup

 

[1] SIMON Glidas, 2008, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, ARMAND COLIN, 255 p.

[2] CADA : Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile

[3] CAO : Centre d’Accueil et d’Orientation

[4] BONERANDI Emmanuelle, 2008, « L’accueil des demandeurs d’asile à la campagne : des étrangers d’un autre genre », in Les étrangers dans les campagnes, CERAMAC, PRESSES UNIVERSITAIRES BLAISE PASCAL, pp. 329-346.

[5] J’ai pu y mener des entretiens lors de la rédaction de mon mémoire de master 2 sur le pilotage national versus coproduction territoriale de l’accueil des demandeurs d’asile dans le département du Puy de Dôme.

[6] Edgar Morin, Science avec conscience, Fayard, 1982.

[7] Larry Sjaastad. The costs and returns of human migration. Journal of political Economy, 1962, vol. 70, no 5, Part 2, p. 80-93.

 

Que faire ?

De la nécessité d’une réaction par l’émotion

La manifestation du 11 janvier 2015 en hommage aux victimes de l'attentat du 7 janvier 2015
Paris, place de la République le 11 janvier 2015 Source : Flickr
Auteur : Olivier Ortelpa
licence cc-by-2.0.

Le Grand Duduche, le Roi des Cons mais aussi les Pandas (dans la Brume) et « celui qui n’aimait pas les gens » (enfin, certains), entre autres, ont été assassinés un mercredi matin de janvier 2015. Des Lumières se sont éteintes que de nombreuses bougies ont tentées de raviver quelques jours plus tard sur une place devenue « Chose Publique ». Espace public ? Tout le monde, tout le Monde ou presque, était « Charlie ». Paris redevenait porteur d’une valeur culturelle universelle : « Citoyen, quel est ton nom ? ». Sommes-nous bien sûr de tout cela ? Certes, le Grand Duduche, c’était, pour les plus âgés d’entre nous, un peu de notre adolescence dans ses figures les plus tendres qui disparaissait. Mais avons-nous été Sanaaens, Hassakéens ou Tunisiens ? 140 morts à Sanaa dans des mosquées, 70 morts à Hassaké lors d’une fête kurde et 20 morts à Tunis dans un musée. Sanaa, Hassaké, Tunis : auteurs et spectateurs de biens culturels, matériels et immatériels, devenus tous acteurs tragiques. Et puis de nouveau Paris. 130. Café, concert. Le monde, le Monde (re-)devient Parisien. « Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire, le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau… ».., Voltaire-Rousseau qui fréquentaient le café Procope, tout comme Diderot et D’Alembert. Jean-Baptiste Clément, Rose Bordas, c’était les Cabarets : le Chat Noir, le Lapin agile – « Ici peint André Gill », caricaturiste, cartoonist, La Petite Lune, c’était Charlie après la Commune. Café, concert, café-concert, Montmartre et Midnight in Paris… ou le-pas-encore Ba-ta-clan qui écoutait… Aristide Bruant ou Dranem.

Ambassadeurs : Aristide Bruant dans son cabaret
Affiche de Toulouse Lautrec, 1892

Que l’on pardonne cette écriture automatique de mots-symboles, porteurs d’images pour le monde, pour le Monde, et pour des morts d’ici qui finissent par cacher les morts de là-bas. Que dire ? Que faire ? Tous ces morts, TOUS, nous font violence. Mais, à tous ces morts, ont répondu tant et tant d’autres images, tant et tant d’autres mots. Et les images et les mots – Â le « discours » – font du lien. Le lien social entre les Hommes par le lien rhétorique : le discours est-il « plus wonderful que la pile Wonder, non seulement le discours ne s’use pas quand on s’en sert, mais il augmente »[1] ? Et par leurs productions culturelles, même si l’idée est quelque peu triviale ? Au XIXsiècle, la reproduction de l’art à l’ère de la photographie posait question… Déjà celle des « médias de masse ». Au XXIsiècle, quid de la reproduction des événements à l’air du digital ?

De la nécessité d’une approche par la communication

L’année 2015 a donc été, du début jusqu’à sa fin, une année périlleuse, violente, épouvantable pour la Société et les sociétés. Et souvent, nous avons dû prendre la plume pour tenter d’exprimer le point de vue de notre propre Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication. Ce n’était pas facile tant les questions d’information et de communication ont travaillé le monde. Les événements ont fait de la vie et de la mort des gens un objet de communication, une œuvre de communication : terrorisme, état(s) d’urgence, migrants… Nous ne pouvions pas ne pas réagir émotionnellement mais nous devions installer aussi une instance critique : oui, les morts d’ici ne doivent pas nous faire oublier les morts de là, ceux d’aujourd’hui ne doivent pas nous faire oublier ceux d’hier et les morts de demain, ceux d’aujourd’hui. Car nous sommes traversés par les temporalités et la mémoire du monde est fragile, fragmentée, nomadisée par une flèche du temps de plus en plus acérée, voire de plus en plus brisée. Le journal Charlie, le musée du Bardo, la mosquée d’Aden, les ruines de Palmyre, devenues doublement ruines, et puis des terrasses de café et une salle de spectacle… Une terrasse d’un café, mais ce n’est plus le Procope où l’on refaisait le Monde : le café de masse est-il un espace public ? Une salle de spectacle, mais ce n’est plus le Chat noir où, à la fin du XIXème siècle, on commentait l’actualité : une salle de spectacle de masse est-elle un espace public critique ?

En tant que chercheur, « nous n’avons pas vocation à prendre des positions immédiates, dans l’urgence, face à des événements de quelque ordre qu’ils soient » comme nous l’écrivions avec Christian Le Moënne et Gino Gramaccia[2]. « Une grande méfiance, ajoutions-nous, doit même être cultivée vis-à-vis de la précipitation à porter des jugements ou proposer des « analyses » dont nous savons trop qu’elles sont partielles, inspirées souvent par la passion plutôt que par la raison et l’analyse critique » – d’où l’interrogation que nous avions plus haut sur une place de la République devenue « Chose publique » mais pas forcément « Espace public »[3]. Comme l’écrit justement Cyril Masselot, « Les Sciences de l’Information et de la Communication ont un rôle important à jouer dans l’accompagnement des changements sociaux : re-penser la communication sociale, en apprenant à la décrypter »[4]. C’est notre métier de chercheur. Et les SIC, dans ce concert, ont leur partition à jouer.

Les choses ne sont pas épistémologiquement simples. Comment produire et des analyses et des livrables, alors que, si « l’Information-Communication s’est étendue depuis une cinquantaine d’années à une grande partie des régions du monde (à l’exception des pays les plus pauvres et en situation de conflits ouverts, mais y compris dans des pays à régime autoritaire), mais pour autant la plupart de nos conclusions ne sont pas universalisables »[5] ? Comment, constate Jacques Perriault, « échanger dans des situations extrêmes et des milieux désorganisés »[6] ? Comment produire et des analyses et des livrables dans une telle urgence et devant une telle violence car « la violence de l’acte terroriste bouscule et détruit l’ordre matériel et intellectuel du milieu dans lequel il intervient »[7]. Et Jacques Perriault en caractérise la difficulté : « Comment décrire ces transformations violentes, comment caractériser le choc de celles-ci avec les valeurs et les représentations traditionnelles, comment apprécier chez les victimes les croyances et pratiques nouvelles qui en découlent, (car cela) suppose que l’on quitte un espace problématique « tranquille », où fonctionne le courant électrique, où il n’y a pas de vivants ensevelis sous des décombres, où les gens peuvent échanger sans entraves ».

Le premier constat est que, entre « certains » et « les autres – dont nous », il y a eu rupture des réseaux sociétaux de communication – dans les prisons comme espace de radicalisation, mais pas uniquement : dans les quartiers et dans des familles qui découvrent « leur » converti, ainsi que le montre le psychanalyste Fethi Benslama[8]. Alors, les terroristes devenus autistes aux mondes des autres ne communiquent plus, ni par la chanson, ni par la caricature, ni par le dialogue. Ils n’y sont même pas sensibles, au contraire d’autres jeunes blacks-blancs-beurs de leur âge qui étaient sur les terrasses de café ou dans la salle de spectacle : ils tirent désormais à l’aveugle et à la sourde sur tout ce qui bouge, danse, vit au son d’instruments emblématiques des mécréants (toutes religions confondus, et sans religion aussi).

Cette rupture, Paul Rasse demande à ce qu’on la questionne économiquement et politiquement à l’aune de « la distribution masse médiatique planétaire des idéaux, des modes de vie et de consommation forcément réservés aux populations aisées des pays développés, quand ce n’est pas à la toute petite élite planétaire qui s’approprie une part croissante de la richesse produite »[9]. Cette crise de la modernité s’insinue dans tous les canaux sociétaux possibles : « Comment se réorganise la ville, d’une part, en zones gentrifiées de déambulation et de consommation enchantée, et, d’autre part, avec ses espaces fermés et protégés : gated community ou cités pavillonnaires plus ou moins sécurisées et confortables […], quand les autres sont repoussées dans les quartiers périphériques, livrés à la loi des milices privées, abandonnés à la bienfaisance du communautarisme qui offre la chaleur et la solidarité des communautés anciennes, à la condition d’une soumission à une culture implacable manipulée par des exégètes eux aussi mondialisés ».[10]

Bien évidemment la question du terrorisme et de la place des médias est majeure. Et, comme le rappelle Isabelle Hare, depuis le 11 septembre, des analyses ont été conduites, ont évolué[11] dans une situation ou des centaines de millions de caméras connectées alimentent en flux tendu les rédactions et les chaines télévisuelles et incitent les journalistes à l’immédiateté de la diffusion sans contrôle, déconsidérant, peut-être, leur propre métier…

La question religieuse est aussi centrale, géopolitiquement parlant car, « même si elles l’ont toujours fait, aujourd’hui plus que jamais, les religions – aussi bien Islam que Chrétienté – découpent des territoires et des temporalités où leur système de croyance exerce une profonde influence »[12]. Mais aussi communicationnellement parlant, et un groupe de chercheurs prend désormais ce champ à bras le corps[13] proposant des travaux sur les stratégies de communication des appareils religieux comme sur les processus de sacralisation et de stimulation des croyances et des imaginaires, sur les processus d’engagement dans des dynamiques néfastes, jusque dans ses formes les plus contemporaines : le numérique.

On le voit, les thématiques de recherche apparaissent, désormais, assez clairement. Les chercheurs aussi sont à l’œuvre et produisent des analyses qui trouvent déjà leurs espaces de publication. Ces livrables, nécessaires, sont-ils pourtant suffisants pour assurer, au-delà d’une publicisation indispensable de la recherche, une sorte de responsabilité sociale des Sciences de l’Information et de la Communication ? Si non, alors quels types de livrables la communauté SIC pourrait-elle produire ? L’idée d’une « opérationnalisation » des résultats de recherche est évidemment complexe. Peut-on produire des recherches « appliquées » et intervenir dans les processus de changement social, alors que nos recherches sont « impliquées » dans ce terrain ? Comment faire œuvre utile ?

La Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication avait appelé ses adhérents à développer des espaces de réflexion, notamment avec les étudiants, sur les sens que peuvent prendre les valeurs de démocratie, de laïcité, de liberté d’expression à la lumière des processus info-communicationnels en jeu et à l’obscurité des événements dont il est question. Les lieux de formation sont cruciaux et les adhérents de la Sfsic sont aussi formateurs de journalistes mais également d’autres professionnels de la médiation, de professionnels de la communication et des médias et les « objets pédagogiques » ne manquent pas : situations communicationnelles à géométries et temporalités variables, éthique de la communication, questions interculturelles. Cette mission fait partie du métier d’enseignant-chercheur et ne doit pas être mise à part de leur citoyenneté.

Source : Flickr Auteur : Martine Licence (CC BY-NC 2.0)
Le Passe-muraille de Montmartre. Source : Flickr
Attribution : Martine Licence (CC BY-NC 2.0)

Après la rupture de ces réseaux sociaux de communication, ou sans doute, déjà, avant, un seul canal communicationnel demeurait qui avait installé un mur entre « eux » et « nous ». Ce mur, au contraire de celui de Berlin, est partout et nulle part… Pendant la guerre froide, le « Cercle de Vienne » avait permis le maintien de la circulation des Lumières et les échanges académiques des deux côtés du Mur. Mais ce mur est donc désormais incertain dans l’espace et le temps : tu le crois ici et aujourd’hui, il est ailleurs et c’est déjà demain. Que faire face à ce mur ubiquiste et hors du temps ? La multiplication des cercles d’échange et de coopération trans-générationnels, transculturels afin de rompre les tentacules de l’Hydre destructrice ? Un journal, des lieux de fête ou de culte, un musée, une université : ni espace de liberté, ni moment de répit ne nous sont laissés à ce qui participe de la construction de valeurs que nous croyions universelles.

Daniel Raichvarg
Professeur des Universités en Sciences de l’information et de la Communication
Laboratoire CIMEOS
Université de Bourgogne

[1] « Plus wonderful que la pile Wonder, non seulement le discours ne s’use pas quand on s’en sert, mais il augmente », Barbara Cassin, le Lien rhétorique, in Philosophie, 1990

[2] Daniel Raichvarg, Gino Gramaccia et Christian Le Moënne, « À propos… », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 08 février 2015, consulté le 14 mai 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1439.

[3] Que pensez, par exemple, des apparitions très fréquentes, répétitives, de « Nous sommes Charlie » sur Antenne 2 pendant des semaines et des semaines ?

[4] Cyril Masselot, « Repenser la communication sociale », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 15 mai 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1457.

[5] Bernard Miège, « Exigences », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 15 mai 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1458.

[6] Jacques Perriault, « Géopolitique des religions, milieux désorganisés, vivre ensemble, trois chantiers urgents pour la recherche en communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 15 mai 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1460.

[7] Ibidem.

[8] Fethi Benslama, Pour les désespérés, l’Islamisme radical est un produit excitant, Le Monde [En ligne], http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/12/pour-les-desesperes-l-islamisme-radical-est-un-produit-excitant_4808430_3224.html (page consultée le 15 mai 2016).

[9] Paul Rasse, « Crise de la modernité », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 14 mai 2016. URL : http://rfsic.revues.org/1442.

[10] Ibidem.

[11] Isabelle Hare, Médias et terrorisme : entre changement et continuité ? In Cahiers de la Sfsic, 12, 2016.

[12] Jacques Perriault, op. cit.

[13] Voir « Le religieux, le sacré, le symbolique et la communication », dossier coordonné par David Douyère (Cahiers de la Sfsic, 12, 2016).