« Le vivre-ensemble » : un engagement fort de l’UCA

L’Université Clermont Auvergne s’engage dans le « Vivre Ensemble ». L’inscription de cette volonté dans le projet d’établissement, la mise en place d’une vice-présidente aux responsabilités sociétales et environnementales et la mise en œuvre de nombreux projets en sont témoins.

Un établissement comme le nôtre se doit d’être un lieu de partage, un lieu de convivialité et de solidarité, de rencontre entre différentes cultures, entre générations, entre différents statuts et aussi un lieu d’ouverture sur l’extérieur, sur les collectivités qui nous hébergent, sur le monde socio-économique qui participe à nos recherches, qui embauche nos étudiants, sur le monde associatif avec lequel nous partageons nombre de valeurs.

Deux exemples pour illustrer ces propos, une création interne à notre établissement et un autre lié à un partenariat avec une association :

Le Pop Art ou l’art de cultiver le jardin partagé.
  • début 2015, l’université décide de dédier un terrain situé sur le campus des Cézeaux à un potager partagé, le PoPart. Ce projet, mené en partenariat avec deux associations étudiantes – l’Association Des Naturalistes d’Auvergne (ADNA) et LieU’Topie – et avec différents services (SUC, SSU, CLASS), met à disposition de toute la communauté universitaire (étudiants, personnel… et même voisins) un espace de convivialité. Il s’agit, à travers la culture potagère de faire se rencontrer des étudiants de différents cursus et des personnels intéressés autour du jardin. C’est aussi un lieu de culture avec des chants, des pièces de théâtre, un lieu de partage avec disco soupe, pique-nique, un lieu de création avec épouvantails, sièges-palette, un lieu d’apprentissage au « bien manger », etc. Vient qui veut, quand on veut, c’est ouvert, fleuri, gai…On y partage recettes de cuisine, conseils de jardiniers, bières et soupes. Pesticides et engrais sont bannis, bonne humeur et bienveillance obligatoires !

    Lors de l’inauguration du PopArt, et dans le cadre du festival Interfaces, le jardin se fait l’écho de voix poétiques.
  • le Secours Populaire de Clermont-Ferrand a accueilli en 2016 une centaine de jeunes Africains, principalement guinéens, analphabètes et très désireux d’apprendre notre langue et notre culture ; nous avons été sollicités pour la mise en œuvre d’un partenariat pour venir en aide à ces jeunes. L’université va mettre à disposition des locaux pour favoriser une meilleure immersion dans notre culture, le Centre FLEURA va apporter ses compétences, nous comptons aussi associer l’ESPÉ et des associations étudiantes qui pourront eux aussi aider à l’intégration de ces jeunes, bien décidés pour la plupart à rester sur notre territoire.

Ces deux exemples, choisis pour leur diversité, ne sont qu’une petite partie de ce que nous mettons en œuvre pour permettre à notre établissement d’être présent et actif sur notre territoire. Avec ses 34000 étudiants et ses 3500 personnels, nous sommes la première institution, en nombre, sur le territoire communautaire: cela nous donne des devoirs et une responsabilité.

Nous nous sommes engagés dans de nombreux partenariats avec les collectivités, avec le monde associatif et culturel, que ce soit pour le développement d’une mobilité douce (participation à l’élaboration du Plan de Déplacements Urbains), pour un moindre impact carbone (réalisation d’un écocampus), pour plus de solidarité (Secours Populaire, Banque Alimentaire, milieu carcéral), pour une vulgarisation des connaissances (Université Ouverte, Fête de la Science, les Mercredis de la Science…), pour une implication dans des évènements festifs (Hypocampus, Clermont fête ses étudiants…). Nous espérons, à travers toutes ces actions, promouvoir notre université, mais aussi montrer toute la volonté et l’énergie que notre communauté met pour mieux « vivre ensemble ».

Frédérique Bonnemoy
Vice-Présidente Responsabilité sociétale et environnementale de l’Université Clermont Auvergne

 

Logement social et vivre ensemble

 Séminaire jeudi 23 mars à 13h30 École de droit – Amphithéâtre Trudaine, 41 bd François Mittérand, Clermont-Ferrand

Informations et inscriptions : florence.faberon-tourette@uca.fr

La licence professionnelle management du logement social et à partir de septembre la licence professionnelle droit et gestion de l’habitat social de l’École de droit de l’Université Clermont Auvergne organise, désormais annuellement, un séminaire sur une thématique forte relative au logement social.

L’an passé, la mixité sociale a été au centre des réflexions grâce à la confiance du Centre Michel de l’Hospital et de l’Union sociale pour l’habitat (USH). Cette année, le Centre Michel de l’Hospital avec le partenariat renouvelé de l’USH et le soutien de la ville de Clermont-Ferrand, du conseil départemental et du conseil régional, va éclairer la notion de « vivre ensemble » et l’étudier, dans le secteur du logement social à travers son cadre théorique, ses enjeux, ses acteurs et ses actions.

Une diversité d’acteurs : État, collectivités territoriales, structures intercommunales, bailleurs sociaux, associations… œuvrent quotidiennement à favoriser le vivre ensemble. Il leur appartiendra de nous aider à mieux comprendre le sens de cette expression qui peut s’avérer attrape-tout et de nous donner à saisir comment ils se mobilisent pour lui donner un contenu et comment ils souhaiteraient infléchir le sens de l’action. Quelle sorte de synthèse le vivre ensemble constitue-t-il ainsi ?

Le vivre ensemble sera aussi appréhendé à travers ses instruments juridiques, sa recherche de tranquillité résidentielle, la médiation de plus en plus sollicitée ou encore le contentieux. Il s’agira de croiser les regards et les pratiques des universitaires, des praticiens et des politiques pour mieux savoir et comprendre, pour mieux œuvrer à cette mission essentielle : la cohésion nécessaire de l’ensemble social.

Télécharger le programme – Logement social et vivre ensemble – 23 mars 2017

Florence Faberon-Tourette
Maître de conférences en droit public
Université Clermont Auvergne

Le vivre-ensemble par lieU’topie

LieU’topie est un lieu de vie étudiant innovant socialement, il répond à un besoin social mal satisfait. En effet, suite à une intuition en 2012 de cinq étudiants clermontois, un questionnaire est passé et 1217 réponses sont obtenues. Les résultats nous apprennent que 44% des étudiants affirment avoir des difficultés financières, qu’ils désirent plus d’accès à la culture. Nous avons alors mis l’accent sur la créativité et la recherche de solutions inédites. La culture étant au centre des intérêts étudiants, nous avons décidé d’ouvrir un lieu culturel mais aussi et surtout solidaire. Nous avons créé LieU’topie pour que les étudiants aient un espace pour se retrouver, échanger, partager. L’idée est également que chacun s’épanouisse, c’est un lieu d’expérimentation où tout le monde fait ce qui l’anime !

LieU’topie

La vision commune du projet étudiant LieU’topie n’est autre que la mise au service des besoins étudiants. En 2013, LieU’topie accueille de nouveaux bénévoles et donc de nouveaux projets ! Un collectif de 13 étudiants se constitue en association loi 1901 et LieU’topie commence à être connue et reconnue chez les étudiants comme chez les acteurs de l’ESS. On fait des événements, plein d’événements avec notre caravane, on passe dans les facs, on clame notre identité. Le projet est clair, solide et légitime. L’étape suivante est désormais la concrétisation du projet théorique vers une activité économique, sociale et culturelle viable. En Janvier 2015, après une année de réflexion sur les attentes, les envies et les besoins du futur lieu de vie étudiant, on ouvre !

LieU’topie est et a toujours été un collectif avant tout. Des personnalités et des motivations différentes prêtes à se bouger pour un même objectif : l’ouverture et l’évolution d’un lieu de vie étudiant, solidaire et culturel. Notre richesse, c’est notre diversité : origines sociales, compétences, personnalités, projets, motivations, parcours, … Nous sommes les étudiants clermontois participant à l’évolution de LieU’topie, chacun est le bienvenu pour bâtir ce projet pour et par les étudiants ! Les bénévoles font vivre le lieu, au LieU’ on Vit Ensemble ! L’exemple type du Vivre Ensemble selon LieU’topie pourrait être la cuisine. Elle est un endroit convivial, ou chacun s’implique, apprend à se connaitre et connaitre son voisin, en bref, crée des liens. C’est également un endroit où l’on va pouvoir expérimenter, tester, cuisiner seul ou à plusieurs. Et au moment de se mettre à table, on se trouve ou se retrouve, déguste les mets préparés avec soins, on discute, on échange et on grandit !

Les deux ans de LieU’topie

Par ailleurs, LieU’topie est aussi une association. Dans ce cadre, elle s’inscrit dans une démarche d’Économie Sociale et Solidaire et en revendique ces pratiques : modèle économique basé sur la coopération, la non-lucrativité individuelle, une gouvernance démocratique et une utilité sociale et qui promeut également les valeurs du développement durable. Le Vivre ensemble fait partie de nos valeurs et se retrouve dans nos pratiques. Au LieU’, on est en confiance, nous mutualisons des biens, des services, des compétences en respectant l’avis de chacun et laissant les choses accessibles pour les prochains. Le Vivre Ensemble, on l’entend comme le Buen Vivir, notion qui propose de construire collectivement une autre façon de vivre. Le Buen Vivir, c’est la matrice communautaire de peuples qui vivent en harmonie avec la Nature. Cette philosophie implique que les citoyens se ressaisissent de l’Etat, individuellement et collectivement. Repenser et approfondir la démocratie, c’est ce que l’on fait au LieU’topie, et pour cela, on a construit notre nouvel espace de liberté… !

Car oui, LieU’topie est enfin un lieu de vie ! Novateur, culturel, solidaire, il est créé pour et par les étudiants clermontois. Il s’inscrit dans une démarche sociale proposant accompagnement administratif, aide à la conduite de projets, appui pour l’orientation et lieu de discussion, d’échanges et de partage. Dans une démarche solidaire, il offre un café solidaire, une épicerie de sensibilisation, un jardin partagé aux Cézeaux, la mise à disposition d’une machine à laver mais aussi d’un lieu de réunion, et enfin d’une cuisine partagée. LieU’topie c’est aussi une démarche culturelle, visible et éclectique avec des expositions, des projections, des ateliers créatifs, des débats d’actualités, des conférences, une bibliothèque alternative et bien plus encore. Nous tentons de faire tous les jours de ce lieu un endroit-ressource pour trouver aide, conseil, accompagnement aux projets et accès à la culture. C’est un lieu où chacun peut proposer, développer ses idées, ses projets. La programmation culturelle est diverse car elle est faite par tous ceux qui veulent y participer.

L’épicerie du LieU’topie

Vivre ensemble au LieU’topie, c’est une construction quotidienne, un apprentissage infini où l’on développe notre capacité à penser, proposer, agir et nous indigner.

LieU’topie
22 rue Abbé Girard
63000 Clermont-Ferrand

En savoir plus :

LieU’topie prend soin des étudiants. La Montagne  publié le 27/11/2016

Vidéos :
Enquête de région, LieU’topie : l’entraide et le partage avant tout ! https://www.youtube.com/watch?v=3OKofvRS_Js
« LieU’topie devient réelle » : https://www.youtube.com/watch?v=xZ7pWoQsmyg
Reportage de France 3 Auvergne sur l’ouverture de l’Epicerie du LieU’ : https://www.youtube.com/watch?v=eOibfQk_G5I

Lien social entre populations locales et demandeurs d’asile ou les espaces du vivre ensemble

Des contextes d’une migration contrainte aux politiques publiques de déconcentration de l’accueil des demandeurs d’asile : une genèse d’un espace du vivre ensemble

« Depuis le début de sa lointaine histoire, l’homme migre à la recherche d’autre chose, d’autres lieux, cherchant à dépasser ses horizons habituels, à apprivoiser en quelque sorte l’espace inconnu, le non connu de l’espace mais non l’ignoré, car l’espace de l’ailleurs vit et s’active en permanence dans son imaginaire et le pousse sans cesse à dépasser ses limites, ses frontières, ses propres frontières » (Simon, 2008, p. 3)[1]. Ce passage éclaire, à plus d’un titre, l’importance de la migration humaine, le brassage des sociétés et des cultures dans l’existence et le développement de l’humanité. Nous pourrions rajouter, ici, la résistance de l’humanité, grâce à la migration, aux défis majeurs qui diffèrent, voire même se complexifient, au fur et à mesure que nous avançons dans la dimension spatio-temporelle de l’histoire de l’homme.

Inégalités économiques entre le Nord et le Sud, guerres et conflits armés, catastrophes naturelles, persécutions en raison de son appartenance religieuse ou ethnique constituent des facteurs de migration contrainte. Car si plusieurs d’entre nous décident, de leur plein gré, de changer de lieu de vie pour des raisons liées aux études, au travail, d’autres le font pour sauver leur vie et celle des personnes qui leur sont proches.

La déstabilisation de plusieurs pays appartenant à l’« espace géographique arabe » dont les facteurs sont aussi complexes que divers, nécessitant une analyse approfondie alliant rigueur scientifique et prise de recul loin du traitement médiatique souvent à chaud, la pauvreté, le sous-développement, auxquelles s’ajoute la dimension de l’insécurité, dans certains pays d’Afrique (Erythrée, Niger, Mali,…) et d’Asie (Afghanistan,…) ont engendré des mouvements de migrations internes et internationales. Pour ce qui est des migrations internationales, ce sont les pays limitrophes de ceux touchés par ces conflits qui accueillent le nombre le plus important de migrants. C’est le cas, à titre d’exemple, du Liban, de la Turquie et de la Jordanie qui accueillent le nombre le plus important de migrants syriens ayant fui la guerre qui ravage leur pays depuis plus de cinq années. L’Europe et plus précisément la France qui n’accueillent, certes, pas la part la plus importante de ces migrants, ne sont, toutefois, pas restées en marge de ce mouvement.

L’État français a engagé, depuis 2015, une politique visant à désengorger les camps de migrants, installés principalement à Calais et à Paris qui sont des territoires de destination pour une grande partie des demandeurs d’asile en provenance de plusieurs pays. Ainsi, des places d’hébergement dans des structures d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA[2], CAO[3]…) ont été multipliées à travers l’ensemble du territoire national. Des structures qui se situent en dehors de l’influence de la métropole parisienne et parfois même en campagne. Quelles sont les tendances exprimées par les sociétés locales pour l’accueil de ces « étrangers d’un autre genre » ? (Bonerandi, 2008)[4]. E. Bonerandi, qui a mené plusieurs travaux de recherche sur la question de la migration des demandeurs d’asile en France et particulièrement dans la région Rhône-Alpes, souligne deux visions, deux tendances. Si une partie de la population locale refuse catégoriquement l’idée même d’installer une structure d’hébergement à des « étrangers qu’ils stigmatisent », d’autres vantent les avantages qu’apporte cet accueil. Tout d’abord, la garantie d’un seuil démographique qui permet de maintenir des services publics de proximité. Ensuite, il y a l’aspect économique, comme la création d’emplois ou le fait de redonner une activité à un bâtiment vacant. Ces deux tendances antinomiques posent la question du vivre ensemble qui est au cœur du thème que nous traitons, dans le blog UC@ctualité aujourd’hui. Un thème qui s’inscrit pleinement dans les problématiques que peuvent soulever les politiques publiques d’accueil des demandeurs d’asile, car il touche, à la fois, à la dimension du territoire de vie et à celle de la solidarité et de l’importance de l’implication collective de la société d’accueil dans l’ « intégration temporaire » des demandeurs d’asile.

Accueil des demandeurs d’asile à Pessat-Villeneuve : une architecture des espaces du vivre ensemble

Pour élucider ces propos, Je vais m’appuyer sur un terrain d’observation. Pessat-Villeneuve[5], une commune du Puy-de-Dôme d’un peu plus de 500 habitants, qui accueille temporairement, depuis l’automne 2015, une quarantaine de demandeurs d’asile pendant la période hivernale. Ces demandeurs d’asile sont ensuite réorientés vers des CADA situés, principalement, en Auvergne-Rhône-Alpes. Malgré la courte durée de résidence des demandeurs d’asile, leur accueil a suscité des réactions fortes et antinomiques qui confirment les tendances soulignées par Bonerandi.

D’une part, il y a les contestataires, les mécontents, ceux qui refusent catégoriquement l’accueil de demandeurs d’asile dans leur village. « On n’en veut pas ; ils ne sont pas fait comme nous ; ils vont brûler le château ; on va avoir des ordures ; ils vont violer mes enfants », voilà certains propos exprimés par des habitants du village opposés à cet accueil que le maire de Pessat-Villeneuve et vice président de la Communauté de Communes de Riom Co chargé de l’habitat, M. Dubois, a pu entendre lors d’une réunion publique qu’il a organisée au lendemain de l’accueil de ces migrants venus de Calais. « À la mairie, on est monté à deux-cent appels téléphoniques. J’ai dû bloquer le standard. Des personnes qui n’habitaient même pas le village de Pessat-Villeneuve ont proféré des insultes. Il y a des sites internet spécialisés qui agissent dans ce sens là. Je suis même condamné à mort sur un site internet », a-t-il précisé. Face à cette situation, cet élu local a été mis sous protection policière. Un tag, dehors les migrants, est même inscrit sur la clôture du château qui abrite le CAO géré par l’association Forum Réfugiés Cosi.

D’autre part, le maire qui résiste à ces provocations trouve le soutien d’une partie de la population locale qui est très engagée dans l’accueil des demandeurs d’asile. De l’apprentissage de la langue française jusqu’aux dons de nourriture et de vêtements en passant par l’organisation de sorties pour des activités sportives et culturelles, une mobilisation forte de la population locale vient contrer le vent contestataire que je me risque à nommer, ici, celui de la peur de l’autre, de l’inconnu et de cet « étranger d’un autre genre ». Pessat-Villeneuve, ce village dépourvu de commerces et de services, a vu naître pendant, seulement cinq mois, un espace du vivre ensemble. Celui où la prof de l’école maternelle a modifié, ou disons le franchement a amélioré, au cours de l’année scolaire, le programme du ministère de l’Education Nationale en y introduisant une dimension de découverte des autres pays pour expliquer à ses élèves que le monde, aujourd’hui fait de barrières règlementaires et militaro-policières pour dissuader les mouvements des nouveaux damnés de la terre (Migreurop, 2012), ne se résume pas à Pessat-Villeneuve et qu’il existe, dans cette « planète de banlieue »[6], d’autres peuples et d’autres cultures qui font la société de notre humanité.

Un lien social fort entre élu local et migrants

Mais cet espace du vivre ensemble qui est né à Pessat-Villeneuve, c’est aussi celui où les demandeurs d’asile, malgré l’accès restreint à la mobilité, disposent de l’accès à la culture et ce grâce à l’investissement de la population locale. Cinéma, théâtres et fêtes du village, tant d’espaces fréquentés par des demandeurs d’asile en compagnie des bénévoles. Un accès à la culture qui favorise le processus d’intégration temporaire des demandeurs d’asile dans les sociétés d’accueil. « Des sorties qui permettent aux demandeurs d’asile de souffler », nous confie Hicham, agent social hôtelier ayant travaillé au CAO de Pessat-Villeneuve de novembre 2015 à mars 2016. En d’autres termes, des activités qui permettent aux demandeurs d’asile de vivre, ou devrais-je dire de renaître, après avoir traversé des milliers de kilomètres de persécutions. Vivre, oui, mais ensemble avec d’autres demandeurs d’asile qu’ils rencontrent et qui partagent avec eux la souffrance de l’exil. Car, en plus du coût monétaire de la migration des demandeurs d’asile, il y a le coût psychologique, une notion qu’on retrouve dans le concept de capital humain[7] (Sjaastad, 1962). Vivre ensemble aussi avec la population locale en passant du statut de l’étrange et de l’étranger, à celui du semblable et du proche dans un espace où la proximité sociale est plus prégnante que dans les métropoles et les grandes villes où la dimension spatio-temporelle, qui influe les territoires de vie, est complètement différente de celle de Pessat-Villeneuve et des autres territoires non-métropolitains. « Moi les migrants, ils me font la bise », nous confie M. Dubois, pour illustrer le contraste du lien social qu’il y a entre ville et campagne. Un lien social bâti entre élu, population locale et demandeurs d’asile.

Une ambiance conviviale entre bénévoles et migrants à Pessat-Villeneuve

On pourrait dire que, finalement, les espaces du vivre ensemble sont ceux édifiés par le lien social tissé entre les espaces du connu et ceux de l’inconnu qui deviennent des espaces du proche et du semblable. Des espaces où la menace de l’exclusion de l’autre, car il pourrait bien s’agir d’une menace pour le développement de la société de notre humanité, reste, toutefois, présente. Des menaces qui se complexifient, aujourd’hui, avec la montée des populismes en France, en Europe et un peu partout dans le monde. Nous l’avons vu aux Etats-Unis avec l’élection de Donald Trump, nous l’avons vu en Grande Bretagne avec le Brexit et nous l’observons, aujourd’hui, en France avec les tensions et les incertitudes politiques et économiques qui accompagnent les prochaines élections présidentielles prévues pour avril et mai 2017.

Rafik ARFAOUI
Doctorant en Géographie
UMR Territoires
Université Clermont Auvergne, AgroParisTech, Inra, Irstea, VetAgro Sup

 

[1] SIMON Glidas, 2008, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, ARMAND COLIN, 255 p.

[2] CADA : Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile

[3] CAO : Centre d’Accueil et d’Orientation

[4] BONERANDI Emmanuelle, 2008, « L’accueil des demandeurs d’asile à la campagne : des étrangers d’un autre genre », in Les étrangers dans les campagnes, CERAMAC, PRESSES UNIVERSITAIRES BLAISE PASCAL, pp. 329-346.

[5] J’ai pu y mener des entretiens lors de la rédaction de mon mémoire de master 2 sur le pilotage national versus coproduction territoriale de l’accueil des demandeurs d’asile dans le département du Puy de Dôme.

[6] Edgar Morin, Science avec conscience, Fayard, 1982.

[7] Larry Sjaastad. The costs and returns of human migration. Journal of political Economy, 1962, vol. 70, no 5, Part 2, p. 80-93.