Une sociologie des attentats

Après les attentats qui ont frappé la France, l’Europe et le monde ces derniers mois, après la stupeur, la sidération, les manifestations spontanées de solidarité, individuelles et collectives, et les récentes commémorations, quel éclairage la sociologie peut-elle apporter sur nos réactions ? Et si la manière dont nous avons réagi aux attentats disait quelque chose sur l’état actuel de la société ? Du slogan « Je suis Charlie » répandu en un éclair sur les réseaux sociaux aux hommages aux victimes, il y a là assurément du grain à moudre pour les chercheurs.
Les réactions aux attentats constituent en effet l’objet de recherche du projet « REAT – la réaction sociale aux attentats » – voir le carnet de recherche REAT Recherches sur les réactions aux attentats – coordonné par Gérôme Truc, auteur du livre intitulé Sidérations : une sociologie des attentats, édité aux presses universitaires de France.

siderations

Cet ouvrage revient sur la façon dont ont été vécus, par tout un chacun, les attentats du 11 septembre 2001, du 11 mars 2004 à Madrid, et du 7 juillet 2005 à Londres. En passant à la loupe les discours politiques et les images médiatiques, les manifestations de solidarité et les minutes de silence, ainsi que des dizaines de milliers de messages adressés aux victimes, son enquête révèle l’ambivalence de notre rapport aux attentats islamistes, et démonte les ressorts d’une solidarité qui s’exprime plutôt à la première personne du singulier que du pluriel : « Je suis Charlie », « Je suis Paris ». Sur le même sujet, signalons également l’interview de Gérôme Truc par Grégory Fléchet, parue dans le Journal du CNRS, Les sociétés connectées à l’épreuve du terrorisme.

Et à notre tour, posons une question à Gérôme Truc :

– Comment peut-on, en sociologue « penser » après-coup un attentat et ses conséquences ?

– D’abord, il faut prendre du recul sur sa propre réaction à cet attentat, sur les émotions et les pensées qu’il suscite en nous. Dans ce genre de moment, on tend généralement à juger les réactions des autres à partir de la sienne (il suffit de penser à tous ceux qui, en janvier 2015, se scandalisaient qu’on puisse ne pas vouloir se dire « Charlie »). Le sociologue doit faire le contraire : c’est-à-dire opérer un décentrement par rapport à lui-même, admettre que sa réaction est une parmi d’autres possibles, de manière aussi à pouvoir comprendre ce qui le détermine à réagir ainsi, et pas autrement.

Ensuite, donc, il lui faut trouver des matériaux empiriques pour objectiver cet éventail de réactions suscitées par l’attaque terroriste et étudier « à froid », posément, ses effets au sein de la société. Le détour par l’enquête est absolument impératif : c’est ce qui distingue l’analyse sociologique, fondée sur une démarche scientifique, d’un point de vue d’essayiste. Mon livre Sidérations, une sociologie des attentats, par exemple, repose sur l’analyse de plusieurs dizaines de milliers de messages écrits par des citoyens ordinaires en réaction aux attentats du 11-Septembre, de Madrid et de Londres : déposés sur les lieux d’attentats, postés sur Internet, adressés à des journaux et des ambassades, etc. Ma collègue Sarah Gensburger, dans ses Chroniques sociologiques du « quartier du Bataclan », bientôt rassemblées dans un livre (Mémoire vive, à paraître chez Anamosa), s’appuie sur des observations systématiques réalisées dans son quartier, étayées par de nombreuses photographies. Bien d’autres recherches sont actuellement en cours sur les derniers attentats que nous avons connus, qui passent par le recueil de témoignages, la passation de questionnaires, l’analyse de messages postés sur les réseaux sociaux, etc.

Tout cela prend évidemment du temps, et c’est là la troisième chose dont le sociologue a besoin : il doit pouvoir prendre son temps pour penser l’attentat et ses effets, à rebours des analyses à chaud qui, elles, participent à la réaction sociale à l’attaque plutôt qu’elles ne la « pensent » : les prises de position des essayistes et éditorialistes alimentent la machine à commenter, qui s’emballe toujours dans ces moments-là, plutôt qu’elles n’aident à prendre du recul sur le processus social dont cet emballement procède. Mais bien entendu, il arrive parfois que le temps long du travail sociologique rencontre le temps court de l’actualité : c’est ce qui m’est arrivé avec mon livre Sidérations, fruit d’une thèse qui aura duré 8 ans mais que j’ai soutenue 4 mois à peine avant les attentats de janvier 2015.

Camille Meyer

Gérôme Truc est chargé de recherches au CNRS, membre de l’Institut des Sciences sociales du politique / Membre affilié au CEMS-IMM


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *